Les délégués de parents d'élèves s'adressent à vous

Rentrée scolaire 2020 : stop au bricolage !

A l’issue de la conférence de presse de M. Blanquer, ministre de l'éducation, les interrogations de la FCPE sont les mêmes qu’auparavant : quid du protocole sanitaire en vigueur dans les écoles et celui qui sera mis en place en cas de suspicion de Covid-19 dans un établissement scolaire ? La liste des zones rouges s’allonge quotidiennement : Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Bouches-du-Rhône, Gironde...

-

-

-

-

-

-

-

-

-

Agnès Pannier-Runacher ferme la porte à la gratuité du masque pour tous

ministre chargée de l'Industrie

La ministre chargée de l'Industrie a également affirmé que la France n'était plus dépendante de la Chine dans son approvisionnement en masques.

Les masques ne risquent donc pas d'être gratuits pour toute la population, comme le réclamait dimanche dernier Jean-Luc Mélenchon à l'université d'été de La France insoumise. En effet, interrogée par CNews ce mardi matin, la ministre chargée de l'Industrie Agnès Pannier-Runacher a annoncé que l'État continuerait d'équiper «ceux qui en ont le plus besoin», mais qu'il était «légitime» que les entreprises assument également ces coûts. Elle a également vanté les mérites des masques en textile, réutilisables et moins chers à l'usage, et affirmé que la France n'était plus dépendante de la Chine dans son approvisionnement.

(...) Alors que le coût des masques sanitaires peut atteindre les 300 euros par mois pour une famille de quatre personnes, Agnès Pannier-Runacher a vanté les mérites des masques réutilisables en textile. « Nous devons être fiers de notre filière textile» a-t-elle dit, rappelant qu'une utilisation d'un masque textile revient à 10 centimes d'euros environ, contre 95 centimes maximum pour un masque jetable. «De plus, la plupart des masques jetables sont aujourd'hui autour de 30 centimes d'euros», a rappelé la ministre.

-

-

En Île-de-France

« Chaque lycéen disposera dès la rentrée de deux masques lavables », a annoncé Valéry Pécresse, la présidente de la région, lors d'une conférence de presse. Ces dons seront « renouvelés aussi souvent que possible », a-t-elle ajouté.

L'élue a aussi indiqué vouloir mettre en place un « Fonds d'urgence RH Covid-19 ». Il doit permettre aux lycées d'avoir recours à une agence d'intérim pour remplacer les absences des agents régionaux (malades ou fragiles) en raison de la crise sanitaire. Ce Fonds d'urgence sera doté de deux millions d'euros.

L'ancienne ministre de l'Enseignement supérieur a par ailleurs affimé que les lycées seront désinfectés quotidiennement et que chaque agent régional disposera d'une "dotation" de protection : masques, gels, gants, etc.

-

-

-

 

-

C'est un bon début...

Mais les masques textiles grand public en tissu, à usage non sanitaire ne sont utilisables que 4h !

Il faut aussi les laver à 60°C et les sécher après : comment feront les parents et les élèves en internat ?

Comment se protègeront les élèves dans les bus ? A la cantine ? A la récré ?

En outre, il y aura une inégalité flagrante entre les élèves scolarisés là où il y aura une aide et... les autres !

Signez la pétition SVP

Communiqué FCPE - Rentrée 2020 - stop au bricolage Communiqué FCPE - Rentrée 2020 - stop au bricolage

Malgré son optimisme affiché, Jean-Michel Blanquer est déjà rattrapé par la réalité. Car cette rentrée n’est pas comme les autres même si le ministre met un point d’honneur à nous présenter, tel un catalogue de la grande distribution, toutes les réformes en cours qu’il a mises en place depuis sa nomination.

A l’issue de cette conférence de presse, les interrogations de la FCPE sont les mêmes qu’auparavant : quid du protocole sanitaire en vigueur dans les écoles et celui qui sera mis en place en cas de suspicion de Covid-19 dans un établissement scolaire ? La liste des zones rouges s’allonge quotidiennement : Paris, Hauts-de-Seine, Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis, Bouches-du-Rhône, Gironde...

Il aurait été pertinent que le ministre évoque La Réunion qui compte déjà 30 établissements fermés avec comme seule réponse donnée aux parents la mise en place du dispositif « L’école à la maison » .

L’Etat doit garder en mémoire l’expérience du confinement, qui a précisément produit l’aggravation des inégalités scolaires et l’isolement social des enfants. La FCPE réclame des moyens pour que le distanciel ne soit pas assuré par les parents mais par des professionnels, embauchés à ce titre.

La FCPE réitère sa demande de masques gratuits pour les élèves du second degré, comme ils le sont pour les salariés dans les entreprises. Non, les masques ne sont pas une fourniture scolaire, et nous défendons le droit commun en exigeant la gratuité.

Le ministre se glorifie d’avoir d’ores-et-déjà 2000 ordinateurs prêts à disposition si besoin des élèves pour tester l’enseignement en 100% numérique. 2000 ordinateurs, c’est une goutte d’eau dans l’océan quand on compte a minima 6 millions de collégiens et lycéens sur tout le territoire.

La FCPE reste dubitative sur les « nouveaux » moyens débloqués par le ministère. 16 000 postes dans le premier degré, 1 500 000 heures dans le secondaire…. Légèrement augmentés pour certains, ces moyens étaient déjà prévus dans le projet de loi de finances 2020… Ils ne sont donc pas liés à la crise Covid-19.

Pour le grand public et notamment pour les parents, les annonces de moyens supplémentaires sous forme d’heures dans le secondaire sont incompréhensibles. Combien de nouveaux professeurs ont-ils été recrutés pour assurer des cours en petits groupes ? Combien de personnels pour faire de l’école inclusive une réussite, alors que ce sont ces enfants qui furent les grands oubliés de l’accompagnement scolaire pendant la crise sanitaire ?

Quant aux effectifs et aux élèves sans affectation début septembre - crise Covid ou pas - ils n’ont pas l’air d’émouvoir le ministre.

Enfin, concernant les évaluations, on atteint le summum de l’aberration : quand 70% des élèves n’ont pas mis les pieds à l’école depuis plusieurs mois : est-ce bien sérieux de leur parler d’évaluation, et de stage de réussite pendant leurs vacances ? Comment imaginer évaluer en début de CE1, les progrès d’un élève de CP après presque 4 mois de confinement…

Ecoutez les parents, monsieur le ministre, et mettez enfin les moyens supplémentaires pour que les enfants de l’école de la République réussissent.

FCPE

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *